Le diabète est une anomalie du métabolisme, avec une hyperglycémie, c'est-à-dire une élévation du taux de sucre dans le sang.

 

Il existe 2 types de diabète :

 

Le diabète de type 1

 

Le diabète de type 1, anciennement appelé diabète insulino-traité (DIT) est habituellement découvert chez les sujets jeunes : enfants, adolescents ou jeunes adultes.
L’organisme ne reconnaît plus ces cellules bêta et les détruit (les cellules bêta sont détruites par des anticorps et des cellules de l’immunité, les lymphocytes, fabriquées par l’organisme). On dit que le diabète de type 1 est une maladie auto-immune. Le glucose ne pouvant entrer dans les cellules, il retourne dans le sang. Le taux de glucose dans le sang s’élève alors.

 

Le traitement du diabète de type 1 :

Le corps ne fabriquant plus du tout d’insuline, l’unique traitement actuellement est l’apport d’insuline :
soit sous forme d’injections (injection d’insuline avec une seringue ou un stylo)
soit avec une pompe à insuline (traitement par pompe), appareil portable ou implantable destiné à administrer l’insuline en continu.

 

 

Le diabète de type 2

 

Le diabète de type 2 apparaît généralement chez le sujet de plus de 40 ans ; cependant les premiers cas d’adolescents et d’adultes jeunes touchés apparaissent en France.
Le surpoids, l’obésité et le manque d’activité physique sont la cause révélatrice du diabète de type 2 chez des sujets génétiquement prédisposés. Sournois et indolore, le développement du diabète de type 2 peut passer longtemps inaperçu : on estime qu’il s’écoule en moyenne 5 à 10 ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic.

Dans le diabète de type 2, autrefois appelé non insulino dépendant (DNID), le processus est différent que dans le diabète de type 1. Deux anomalies sont responsables de l’hyperglycémie :
Soit le pancréas fabrique toujours de l’insuline mais pas assez, par rapport à la glycémie : c’est l’insulinopénie.
Soit cette insuline agit mal, on parle alors d’insulinorésistance.
L’insuline ne peut plus réguler la glycémie et cette résistance épuise progressivement le pancréas qui finit par ne plus assurer une production suffisante d’insuline. Ces deux mécanismes font que le glucose ne pénètre pas dans les cellules du corps et reste dans la circulation sanguine. Le taux de glucose dans le sang n’est pas régulé par l’insuline.

 
Le traitement du diabète de type 2 :

Il est traité dans un premier temps par des mesures hygiéno-dététiques puis on a rapidement recours à des traitements anti diabétiques oraux ou injectables (injection d’insuline avec une seringue ou un stylo) dont l’efficacité n’est optimale que s’ils sont associés à une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.

Le diabète de type 2 étant une maladie évolutive, après l’augmentation progressive des anti diabétiques (escalade thérapeutique), des injections d’insuline seront proposées au patient lorsque la carence en insuline sera trop importante.

  • Twitter Social Icon
  • Facebook Social Icon

Copyright 2019 - Association Diabète et Plongée - MDA1, 5 bis rue du Louvre 75001 Paris